COMPLEXES : FAIRE TOMBER SES BARRIÈRES

Une photo en gage de ma guérison qui a été si longue, une blessure qui n'a pas encore tout à fait disparu aujourd'hui mais sur laquelle je travaille chaque jour. Mon but est de libérer la parole de toutes ces femmes, mais aussi de ces hommes, qui ce sont crées ces barrières au fil de nombreuses années, à cause d'un complexe qui les rongent.

Nos complexes :

une spirale infernale

Généralement on traine ce foutu boulet depuis un petit moment, pour ma part depuis le collège, je dirais la 5ème très probablement.


Qu'on se le dise, un des pires moments de notre vie... Là où les moqueries sont une façon d'être cool, bien vu, un jeu quotidien pour les élèves populaires ou ceux qui essaient de l'être.


On se compare sans arrêt aux autres, plus on se ressemble, mieux c'est... Il faut être fine, très fine, avoir les cheveux longs, avoir telle marque de baskets, la petite veste en cuir et j'en passe...


C'est d'autant plus dramatique de nos jours avec les réseaux sociaux et ces fameux "haters" ou encore "cyber harceleurs" !



Et ça continue au lycée, les garçons prennent le relais pour bien vous faire sentir qu'il y'à des trucs qui clochent chez vous : "Marie si tu mettais ce que tu as dans les cuisses, dans tes seins, tu serais parfaite !".


Alors là, j'hésite. Est-ce censé être un compliment ou un véritable foutage de gueule ?? On connait tous la réponse, mais à l'époque j'avais 15 ans et une confiance en moi quasi inexistante. Alors j'ai rigolé à cette "blague", puis je me suis renfermée et cachée. Adieu les robes, les shorts et tout ce qui pouvait montrer le moindre centimètre carré de ces jambes que je détestais tant. Je deviens aussi timide, j'allais moins facilement vers les autres, je restais toujours avec la même bande d'amis, et avec des copines qui me faisaient encore plus sentir que j'étais imparfaite.


Le Déclic : se prendre en main et changer

Après une rupture amoureuse adolescente bien sévère (oui c'est souvent dans ces moments là que l'on décide de tout changer), la décision est prise ! J'arrête de me morfondre et je deviens la personne que j'ai envie d'être !

Grosse phrase bien bateau... Bah oui, c'est pas aussi simple que ça hein ? Mais on essaie quand même, alors c'est parti pour le footing tous les matins, la salle de sport, les légumes verts... Au final, dans l'ensemble, plutôt de bonnes résolutions.


Mais au bout de 2 ans, malgré tous mes efforts, cette obsession est toujours aussi persistante : "Mais si regarde ça fait un bourrelet au dessus de mon genou !".


Peu importe l'habit que j'enfile, mes jambes ne sont jamais assez fines.


Alors je me suis mise à cette grande mode du moment : le fitness ! (oui évidement), On part sur des squats, des fentes... Pousser le plus possible pour avoir des jambes musclées (et si possible au passage, faire disparaitre ce petit bourrelet là). Au bout de 4 mois mes fesses ne passaient même plus dans mes jeans, mes jambes étaient douloureuses et doublaient de volume à la fin de la journée. Autant dire que j'étais 10 fois plus mal dans ma peau qu'avant...


La solution : des conseils et des plantes

Suite à une chute pendant mon footing, je me retrouve chez l'ostéopathe : il crût halluciner en voyant l'état de mon corps aussi malmené. Après m'avoir remis tout ça en place, j'ai pu lui parler de mes fameux genoux #bourrelet #cuisse.

Il me dit : "Mais vous vous étirez régulièrement ?" Boarf... Oui... Je crois... Bon d'accord, non j'avoue, quasiment jamais ! Il m'explique quelques étirements simples à faire chaque jour et me dit de ralentir un peu sur les charges à la musculation. De toute façon, vu l'état de ma jambe après ma chute, la muscu... C'était plus vraiment possible. Mais étant une bonne élève, j'ai mis en pratique les exercices qu'il m'avait conseillé, et là, surprise !


Je me sentais vraiment mieux, mes jambes étaient moins gonflées et quasiment plus du tout douloureuses.


Il ne restait juste plus que ce fameux problème du bourrelet persistant... Malgré le sport, les régimes, les privations... Et si le problème était ailleurs? Et si j'étais victime de ce que des millions de femmes ont sur Terre :

La rétention d'eau !


Ni une, ni deux, je fonce trouver un remède ! Vigne rouge, diurétiques... Tout y passe, ça fonctionne sur le moment mais après chaque cure, tout revient...


C'est à ce moment que l'on me conseille le GINKGO : une jolie petit plante qui draine et influe sur le système circulatoire.


Il fut ma délivrance. Après une cure 2 mois et des étirements quasi quotidiens, mes jambes se sont transformées. Fini les gonflements intempestifs et le petit bourrelet au dessus du genoux ! Je ne suis plus que joie !

Evidement j'y ajoute une alimentation saine et équilibrée, une bonne hydratation ainsi que du sport au moins 2 fois par semaine et beaucoup de marche (Merci mon chien Missy 🐕).


Aujourd'hui je fais des cures quand je sens que les douleurs et les gonflements reviennent, l'effet est quasi immédiat. J'utilise le gingko BIO sous forme de gélules entièrement végétales et naturelles.

Je me dis que toutes ces années de souffrances ne tenaient qu'à un manque d'écoute de mon corps, d'un problème que j'aurais pu régler il y'à longtemps.


J'espère que cet article aidera d'autres personnes à soigner leurs maux et à se libérer de ce cycle infernal qui nous force à nous faire du mal.


Ayez confiance en vous, écoutez votre corps !


211 vues

Marie MULLER - Diététicienne Nutritionniste Diplômée

Spécialiste de l'utilisation des plantes, pour votre bien-être

N°ADELI : 729501502

4 Rue Saint Charles, 72000 LE MANS

Tous droits réservés - 2020 - LE MANS - Mentions Légales